Long weekend à Toulouse

J’adore les villes qui se découvrent facilement à pied, Lisbonne, Amsterdam et maintenant Toulouse. De passage dans la ville rose le temps d’un long weekend, j’en ai profité pour voir ma cousine, ma copine venue de Londres et évidemment très bien manger.

Ne voulant pas suivre le guide touristique à la lettre, j’ai envoyé quelques tweets avant de partir. Résultat : de bien bonnes adresses.

Qui dit Toulouse, dit cassoulet. N’étant pas fan des plats de protéines en double, du genre légumineuses et viande, parce que c’est un peu comme manger des patates et du riz en même temps, le cassoulet est tout de même un de mes plats automnaux favoris. Originaire de Castelnaudary, situé à 60 km au sud-est de Toulouse, la recette de cassoulet change légèrement d’une région à l’autre. Ici, il est évidemment préparé avec des saucisses Toulouse et du canard confit, deux autres plats signature bien connus de la région. Suite à un commentaire Facebook de Gildas Meneu (@gmeneu), c’est à la Cave au cassoulet que nous avons déguster ledit ragoût.

Notre réaction face à ce cassoulet pour deux (seulement)

Un autre avantage des villes qui se visitent bien à pied, marcher jusqu’à l’hôtel après un tel repas est un réel besoin vital. Parlant de l’hôtel, j’aurais pu rester dans l’un des hôtels cinq étoiles de la ville, mais j’ai préféré m’arrêter à l’Hôtel St-Claire. Ils m’ont eu à l’ajout d’éléments feng shui aux chambres, comme le pigment naturel dans la peinture sur les murs variant légèrement d’un étage à l’autre pour un maximum de calme, plancher en tissu végétal un peu comme la semelle de mes souliers granos finalement, massages shiatsu aux chambres disponibles sur demande (eh! oui, j’ai fini par ronfler) et leur petit-déjeuner, pas feng shui pantoute, mais oh combien sublime.

Viennoiseries, gâteau maison, fromage frais, bol de fruits…

Sur Twitter, mon amie Christelle (@ChristelleRocks) m’a présenté Chantal Pisey (@emflammee), une excellente référence pour de bonnes adresses à Toulouse. Parmi celles-ci, elle me recommandait Les Sales Gosses, à deux minutes de l’hôtel. Super! Malheureusement pour nous, ils étaient fermés pendant tout notre séjour. Nous sommes donc allées nous perdre dans les petites rues derrière le Capitole pour dénicher cette petite adresse végé, La faim des haricots.

Et puis, nous sommes parties découvrir l’une des nombreuses régions vinicoles bordant Toulouse. Direction : Gaillac où les bulles sont bien bonnes, mais pour le rouge, aussi bien piquer au nord vers Cahors. Nous avons ensuite poursuivi notre route en faisant un petit arrêt aux villages médiévaux de Castelnau-de-Montmiral et Puycelci.

Petit village, pour ne pas dire micro village qui donne une superbe vue sur la région, le département de tarn.

Le lendemain, ma copine quittait et moi, j’allais rencontrer Julie (@jue_cast3), enseignante en échange à Toulouse avec qui mon pusher de liens de voyage, Jean-Michel Dufaux (@JMDufaux) m’a mise en contact. Elle m’a fait découvrir La Fiancée, un petit café qui me faisait drôlement penser à mon café Saint-Henri chéri.

De face, Arnaud Pimenta, un des proprios ayant passé 7 ans à Montréal avant d’ouvrir son café il y a à peine 2 mois.

Je me suis ensuite aventurée dans le métro toulousain pour aller jeter un coup d’oeil à l’exposition Les Potagers du monde. Je déteste habituellement les musées, c’est pourquoi ils font très rarement partie de mes « trucs à ne pas manquer ». Ceci dit, c’est le côté jardin qui m’a charmée ici. Chaque lot représente un continent et ses cultivars d’origine et ils utilisent cet environnement naturel pour éduquer les petits et les grands à propos de la provenance des aliments que nous mangeons couramment. De mai à octobre, ils réussissent à faire pousser des bananiers, de la canne à sucre et même des concombres népalais.

Devinez de quel continent il s’agit?

Et puis, j’ai passé la dernière nuit de mon séjour sur la Péniche Amboise, accostée au bord du canal du midi et la seule adresse offrant ce type d’hébergement à Toulouse. Ouverte depuis mai 2011, voilà une façon différente de s’héberger pour pas cher, moins de 100 euros la nuit en occupation double, petit-déjeuner inclus.

Où les imprimés safari rencontrent l’ambiance matelot.

Merci à l’Office du tourisme de Toulouse, sans qui ce voyage n’aurait pu être possible. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s