Qu’est-ce qu’on mange au Rwanda?

Des brochettes! Lors de mon passage au Rwanda en janvier dernier, un pays que je rêvais de visiter depuis une bonne dizaine d’années, j’en ai mangé des brochettes : poisson, poulet, chèvre, chèvre et encore de la chèvre. En plus de me bourrer la face dans les brochettes, j’ai aussi fait la plus difficile/fabuleuse randonnée de vélo de ma vie.

****

Je commence mon séjour en force par deux jours de vélo au bord du lac Kivu, à l’ouest du pays, à la frontière de la République démocratique du Congo. Je prends le bus de 7h à Kigali. À la station, je cherche les mecs qui vont me crier par la tête : GISENYI! MZUNGU (blanc), GISENYI? Personne ne me harcèle transmet l’information à voix haute. Je demande donc à quelqu’un de m’indiquer où se trouve la compagnie de bus qui va là-bas. Au comptoir, je m’attends à devoir négocier le prix de mon billet. La dame me regarde l’air rassurant et me pointe le tableau avec tous les prix clairement affichés. Je me la ferme. J’embarque dans l’autobus. Je m’attends à ce que le bus parte lorsqu’il sera plein à craquer, que j’aurai un enfant sur les genoux et un sac de maïs sous les pieds. Mon voisin me voit mettre ma valise à côté de moi, je suis déjà prise en étau. Il me suggère gentiment de la glisser sous mon siège. Il y a amplement d’espace. Une fois que tout le monde a une place assise, on part à l’heure indiquée sur le billet. Pas de poulet ni de cargaison de charbon dans l’allée. Je suis complètement déstabilisée.

J’arrive avec une demi-heure de retard au bureau de Rwandan Adventures. La touriste anglaise qui devait m’accompagner est déjà partie parce qu’elle avait peur de manquer de temps pour se rendre à Kinunu à temps. Il est 11h. Nous avons à peine plus de 40 km à faire. Je la trouve angoissée pour rien. Je pars donc avec le guide qui ne parle pas français ni anglais. Pas grave, le swahili est là.

IMG_0680

Ça ne fait pas 15 minutes que nous sommes partis que je comprends pourquoi l’Anglaise a décidé de partir sans nous. Mon vélo de montagne n’a pas de suspension. La route est de sable, de roche ou de nombreux cailloux. Je n’ai pas mis mon cuissard. Ne me demandez pas pourquoi. L’altitude varie de 1 400 m à 1 800 m. Je pompe en malade dans les mille montées en déficit d’oxygène et je prie pour ne pas déraper en les redescendant. Bref, je rushe.

J’ai déjeuné à Kigali à 6h30, il est midi et j’ai faim. Mais, ce n’est que vers 14h que mon guide, Paparus, arrête dans un dép(anneur) de village pour m’acheter un Fanta tablette. Vous vous doutez sans doute de mon affection pour les boissons gazeuses. Mais là, je l’avale d’un coup.

Aparté sur les dép en Afrique : On y achète du papier de toilette à l’unité, de la farine en vrac, des œufs frais si les poules du voisin ont été fines, du savon à lessive pour une seule brassée et du crédit pour votre téléphone si c’est votre jour de chance. Je m’y arrête chaque fois pour trouver le truc le plus insolite : un kanga (tissu traditionnel) à l’effigie de Michael Jackson, du gin en sachet (de style sachet de ketchup de 100 ml pour donner du pep au Fanta tablette justement), tout le nécessaire pour réparer des gougounes…

IMG_1944
Celui-ci est à Zanzibar, mais bon. Ça illustre bien le dép.

Une heure plus tard, nous ne sommes qu’à mi-chemin (20 km) et c’est là que nous croisons Becky, l’Anglaise. Je la comprends d’être partie plus tôt finalement.

Un peu plus loin, on s’arrête enfin au village pour faire le plein de brochettes de chèvre et de patates entières frites, servies avec de l’huile piquante. Au diable le principe de manger des aliments faciles à digérer avant et pendant l’activité physique.

On arrive de justesse avant le coucher de soleil à Kinunu. Après 6 heures de vélo, je prends un plaisir fou à prendre une douche froide. Je mange comme un ado en plein croissance et je vais me coucher à 8h comme une matante. Il commence tout juste à pleuvoir.

Il pleut toute la nuit, en fait.

Le lendemain matin, la pluie cesse une demi-heure avant notre départ. Hourra! De la boue! Nous avons environ 45 km à faire. Par chance, la vue est époustouflante partout, tout le temps et les nuages amortissent les rayons de soleil ardents.

IMG_0693

Une heure dans la boue
Une heure dans la boue pour passer à travers ce champ devenu un marécage. Mes espadrilles roses fluo sont maintenant brun chiasse.

 

Paparus qui n'est jamais fatigué
Quoi qu’il arrive, Paparus n’est jamais fatigué.

Pour ma part,  j’ai prévu le coup aujourd’hui. Toutes les poches de mon jersey de vélo sont des réserves de mini bananes. Les meilleures bananes au monde.

IMG_0708_2
Six heures de vélo plus tard, c’est encore l’heure des brochettes!

 

IMG_0706_2
Le lunch de la veille était identique.

Paparus nous annonce la bonne nouvelle que la dernière portion du trajet, les dix derniers kilomètres, est sur une route goudronnée. C’est un peu comme s’il venait de nous dire que nous avions gagné à la loterie, une loterie de billets d’avion autour du monde à vie, par exemple.

Mais, la route est rude jusqu’au goudron. Si bien qu’au 1000e enfant que nous saluons et qui nous demande :

– What is my name? (En Tanzanie, c’est pareil. Les enfants nous demandent toujours leur nom pour savoir notre nom.)

Je réponds :

– My name is I am exhausted and disgusting (le corps en sueur et les jambes couvertes de boue)

Au suivant, Becky lui répond la citation du voyage :

– My name is How much is a helicopter?

À noter que la fille a fait son premier marathon à vie à -17°C au Groenland, il y a 3 mois et elle m’assure que ça n’a rien à voir avec ce qu’on fait là. C’est dire à quel point ces quelques 90 km sont ardus. Cela dit, c’est aussi la plus belle ride de vélo que j’ai fait de toute ma vie. La vue et les gens y sont pour beaucoup. D’ailleurs, le Rwanda est de loin le plus beau de la trentaine de pays que j’ai vu à présent.

Puis, nous croisons un monsieur en vélo de style hollandais avec une immense cargaison de haricots qui monte la côte plus vite que nous. Notre gueule avec nos cuisses en feu et nos fesses endolories.

Au loin, je vois un village. Il y a deux rues. Non, il y a plus de deux rues. Serait-ce la route goudronnée que je vois au loin?

High five tarmac!
High five, tarmac!

Ça nous aura pris 8 h pour faire 45 km. Huit. Heures.

La douche froide à Home Saint-Jean à Kibuye est d’or. La grosse bière Primus quasi glacée aussi.

De retour à Gisenyi, je me pose dans une des tentes (avec lit) au INZU lodge pendant trois jours.

Ubugali
Au menu : l’ubugali. C’est une pâte de manioc (ou de maïs, mais le manioc est tellement meilleur). Il est accompagné de cubes de viande dans une sauce tomate, des haricots en sauce et du lenga lenga (un genre d’épinard).

 

Inzu lodge
Trois jours avec cette vue à entendre les pêcheurs chanter en revenant de la pêche nocturne au petit matin et en partant au large à l’heure de l’apéro. Ils chantent à la façon de Po’ Lazarus dans le film O Brother, Where Art Thou? Je pourrais les entendre chanter pendant des heures et des heures tellement c’est beau.

 

Brochette de poisson
Après 24 h de pause, je m’ennuyais des brochettes. Celle-ci est au poisson et elle est servie avec giga motte de mayonnaise. Trempette, vinaigrette, sauce, une solution : mayo.

À la fin de mon séjour, je suis allée visiter une plantation de thé, celle d’où Béatrice Mukagakwandi importe le sien et le vend ici sous la marque Trésors d’Afrique.

Cueilleurs de thé
Les cueilleurs de thé à la plantation Sorwathe, située aux alentours du village Kinihira, à une heure et demie au nord de Kigali.

Pour entendre ma chronique à ce sujet à Bien dans son assiette, c’est par ici.

Ce voyage a été rendu possible grâce à Qatar Airways.

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Qu’est-ce qu’on mange au Rwanda?

  1. Chère Catherine, Merci pour la clarté et la description si attractive que vous avez fait de votre voyage au Rwanda….c’est toute une combinaison qu’il faut pour une experience touristique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s