Montréal – Métropole en santé

À Montréal, un adulte sur deux présente un surplus de poids et le tiers de la population adulte souffre au moins d’une maladie chronique. Heureusement, Montréal – Métropole en santé (MMS) annonçait le 29 novembre dernier un financement de 2,55 M$ afin d’améliorer la santé des Montréalais et Montréalaises d’ici 2025. Une excellente nouvelle, certes, mais comment cette annonce ce traduit-elle en actions concrètes pour le citoyen?

Tout d’abord, MMS est une table intersectorielle régionale sur les saines habitudes de vie regroupant les efforts de deux mobilisations multi partenariales déjà présentes dans la métropole, Montréal physiquement active (MPA) et le Conseil des politiques alimentaires montréalais (CPA-Mtl).

Puis en 2015, Montréal a été l’une des 148 villes dans le monde à signer le Pacte de politique alimentaire urbaine de Milan qui incite chaque grande métropole du monde à agir de façon concrète envers divers enjeux alimentaires.

Le CPA-Mtl est d’ailleurs le premier conseil qui a comme ADN profond les lignes directrices de ce pacte. Il constitue aussi la partie novatrice de MMS puisqu’aucun conseil de la sorte n’existait auparavant à Montréal. Il faut dire qu’il était temps que notre ville entre dans la danse, puisqu’il existe déjà plus de 300 CPA en Amérique du Nord. Avec ce conseil, Montréal souhaite mettre en œuvre les engagements pris lors de la signature du Pacte et créer une plateforme d’échanges permettant d’avoir une approche systémique du système alimentaire montréalais. Ses quatre chantiers sont la sécurité alimentaire pour tous, les agricultures urbaines, l’approvisionnement institutionnel et alternatif et les pertes et gaspillage alimentaires.

Le CPA-Mtl est composé de 16 membres, incluant 7 membres statutaires et 9 membres experts issus de la société civile. Ces derniers feront l’objet d’un appel à candidatures au début de l’année 2018. À vous de jouer !

Quels genres de projets seront réalisés avec ce financement?

Grâce au financement de 2,55 M$ provenant du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), de la Ville de Montréal, de Québec en forme et de la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal, un total de 30 projets sera réalisé au cours des deux prochaines années.

Dans le lot, en voici quelques exemples :

  • Deux nouveaux marchés solidaires seront implantés aux abords des stations de métro;
  • Des outils éducatifs seront développés pour sensibiliser le public au gaspillage alimentaire;
  • Des équipements et du matériel seront ajoutés aux parcs municipaux pour les rendre plus attirants;
  • Des journées portes ouvertes seront organisées dans un complexe sportif pour promouvoir la pratique d’activités sportives.

Pour optimiser la portée de chaque initiative, les porteurs de ces projets se sont engagés formellement à respecter trois conditions :

  1. Réaliser le projet sur un minimum de trois territoires municipaux.
  2. Être suivi par un comité constitué de membres indépendants à leur organisation.
  3. Évaluer l’impact de leurs actions et partager les données aux autres membres du réseau.

Comment faire pour prendre part aux différents projets en cours?

Le citoyen pourra participer de façon directe ou indirecte aux différents chantiers :

  • Suivre MMS sur Facebook (à venir) et Twitter;
  • S’inscrire à l’infolettre de MMS (publiée 4 fois/an);
  • Participer aux nombreux événements grand public (ex. : midis CPA-Mtl, forums terrain-recherche, rencontres de chantier (1 fois/an));
  • Postuler pour siéger au Conseil des politiques alimentaires montréalaises dès que l’appel de candidatures sera mis en ligne.

Sur cette lancée de bonnes nouvelles, je tiens à préciser les façons concrètes de s’impliquer collectivement, puisque j’ai souvent l’impression que nous nous parlons entre nous, professionnels de la santé publique. Comme plusieurs autres initiatives publiques, le message ne se rend pas forcément aux potentiels usagers. Dans le cadre de ce plan d’action, c’est l’ensemble des citoyens qu’ils souhaitent toucher par ces projets, alors pourquoi est-ce souvent que les acteurs du milieu (qui sont déjà sensibilisés à ces enjeux) qui en sont informés et interpelés à s’impliquer? Je me pose souvent la question. J’essaie donc de diffuser la bonne nouvelle le plus possible, afin que le plus de personnes concernées puissent faire partie du mouvement.

Un vent de changement qui arrive à point

Pendant que la relève professionnelle (allô ma stagiaire brillante et pleine d’ambition !) s’intéresse de plus en plus aux enjeux de santé publique et que les nouvelles initiatives se multiplient dans la ville, les différents paliers politiques s’activent aussi à améliorer la santé de la population générale.

Montréal semble être un terreau particulièrement fertile au changement, surtout depuis l’arrivée de la nouvelle mairesse Valérie Plante à l’hôtel de ville. D’ailleurs, le CPA-Mtl faisait déjà partie de sa plateforme électorale. Elle a également séduit les Montréalais et Montréalaises par ses idées faisant la promotion des transports actifs. Elle a aussi récemment annoncé vouloir retirer l’offre des boissons sucrées de ses établissements municipaux. Manifestement, elle gagne des points.

Au Québec, une nouvelle politique bioalimentaire verra aussi le jour au printemps 2018. Elle tentera entre autres d’arrimer les productions locales aux besoins nutritionnels de la population. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard se dit aussi ouvert à s’inspirer du modèle alimentaire danois pour augmenter l’approvisionnement en aliments locaux et biologiques dans nos hôpitaux.

À Ottawa, Santé Canada devrait nous dévoiler sous peu notre nouveau Guide alimentaire canadien. Selon les principes directeurs révélés plus tôt cette année, il y a de l’espoir que le prochain guide sera certainement plus à jour, ne serait-ce qu’en matière de transformation alimentaire et de boissons sucrées.

Bref, est-ce que MMS révolutionnera la façon que les Montréalaises et les Montréalais bougent et s’alimentent? À elle seule, probablement pas. Mais, elle pourra certainement aider à propulser de nombreuses initiatives visant à améliorer la santé globale des citoyennes et des citoyens. Le tout semble très prometteur, surtout lorsque la trame de fond politique s’accorde avec la vision de leur plan d’action. Rendez-vous en 2020, afin de connaître le réel impact de cet investissement. D’ici là, c’est le temps de mettre la main à la pâte !

Bonne année 2018 !

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s